Ressources d'un engagement

Structure

Conseil, Subvention, Expertise, Information

  • Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF)

    La Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF) est un service déconcentré du Ministère en charge de l’environnement. Elle met en oeuvre sous l’autorité du Préfet de la Région d’Île-de-France les priorités d’actions de l’État en matière d’Environnement et d’Énergie et plus particulièrement celles issues du Grenelle de l’Environnement.
    Elle intervient dans l’ensemble des départements de la région grâce à ses unités territoriales (UT).

  • Agence des espaces verts

    Etablissement public régional, l'AEV est un peu le bras armé de la politique régional en matière d'espaces verts, de forêts et de promenades. Elle acquiert et aménage forêts, terres agricoles périurbaines, sites d'intérêt écologique... et assure l'entretien et l'ouverture au public de plus de 12.300 ha d'espaces naturels. L'action de l'AEV s'inscrit autour de trois priorités : permettre aux Franciliens d'accéder à des espaces verts et de calme et renforcer la place de la nature dans la ville ; contribuer au maintien des espaces agricoles périurbains et au développement de l'agriculture bio ; préserver et développer les continuités et les réseaux écologiques, préserver et valoriser les espaces boisés et naturels.

Subvention

  • Région île-de-france

    Institution aux responsabilités variées, le conseil régional bâtit son action autour de six priorités : transports, développement économique, logement, éducation, formation et environnement.

  • Conseil Général de l'Essonne

    Premier partenaire financier des communes et des intercommunalités pour la préservation de la nature, le Conseil général de l’Essonne dispose, à travers ses compétences en matière d’Espaces Naturels Sensibles (ENS), d’un levier efficace pour inciter à un développement durable et équilibré des territoires.

  • Département du Val d'Oise

    Le département du Val d'Oise propose des subventions sur la reconquête des milieux aquatiques et de la biodiversité, la protection et valorisation des espaces naturels sensibles locaux, l'acquisition et aménagement d'espaces verts...

Conseil, Expertise, Information

  • Natureparif

    L'Agence régionale pour la nature et la biodiversité d'Île-de-France a été créée en 2007 à l'initiative du conseil régional, avec le soutien de l'Etat et des acteurs de la diversité biologique francilienne. Structure d'échange entre le monde associatif, scientifique, institutionnel et les entreprises, Natureparif met en réseau au niveau régional les différents organismes et poursuit deux objectifs : contribuer à une meilleure connaissance et à la mise en valeur de la biodiversité francilienne et conduire les institutions et les entreprises à mieux prendre en compte la biodiversité dans leurs activités et leurs projets.

Site Internet

Conseil, Information

  • Schéma Régional de Cohérence Ecologique

    Réseau, tissu, infrastructure verte, réservoir, corridor, continuité, trame… ces termes imagés, multiples, recouvrent une réalité écologique : celle des liens fonctionnels qui unissent les milieux naturels. Ils traduisent l’interdépendance des êtres vivants entre eux, avec leurs milieux, et de ces milieux entre eux, comme le souligne Robert Barbault dans le Courrier de la nature n°264.

    La protection de la nature s’est d’abord appliquée à des espèces ou des espaces remarquables ou rares, parfois emblématiques. En Île-de-France, plusieurs milieux et espèces considérés comme les plus remarquables sont ainsi protégés, dans les 10 réserves naturelles régionales et les 4 réserves naturelles nationales.

    La Trame verte et bleue vise à renouveler cette approche patrimoniale en s’attachant à la fois à conserver et améliorer la fonctionnalité des milieux, à garantir la libre circulation des espèces et à adapter la biodiversité aux évolutions du climat. Elle doit trouver sa traduction en Île-de-France dans le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE).

    Le SRCE est le volet régional de la Trame Verte et Bleue dont l’élaboration à échéance 2012 est fixée par les lois Grenelle I et II. Ce document cadre régional est co-élaboré par l’Etat et le Conseil régional, en association avec un Comité Régional « Trames verte et bleue » et l’ensemble des partenaires régionaux concernés par le schéma et sa mise en œuvre.

    Le projet de SRCE francilien sera soumis à consultation auprès des groupements de collectivités franciliens puis à enquête publique. Le SRCE francilien doit être cohérent avec ceux des régions voisines et avec les orientations définies au niveau national par décret.

    Comment ce SRCE est-il élaboré en Ile-de-France ? Comment les acteurs locaux sont-ils associés ? Cet extranet répond à vos questions !

    Il vous permettra de prendre connaissance au fur et à mesure de l’avancée de la démarche des réflexions menées et des productions correspondantes.

  • Connaître et gérer les pelouses calcicoles

    C'est un document qui rassemble successivement :
    - les données essentielles nécessaires à la compréhension de l'identité biologique et écologique des pelouses calcicoles,
    - une synthèse bibliographique commentée,
    - des fiches techniques sur la gestion concrète de ces milieux.
    Il pourra aider tous ceux qui ont en projet la gestion de pelouses calcicoles, afin de cerner l'identité biologique et écologique de ces milieux, d'avoir une idée générale des différents types de pelouses existants dans la moitié nord de la France, de repérer les références à consulter parmi la documentation existante et d'appréhender les contraintes de gestion et d'éviter les principaux pièges.

Information

  • Conservation Nature

    Site internet général sur toutes les thématiques se rapportant à la biodiversité et sa conservation.

Guide

Conseil, Information

  • Guide «Les passages faune en bois»

    La connectivité entre les fragments d’habitat peut être matérialisée par un réseau de corridors ou d’espaces ayant une fonction de corridor. Les passages pour la faune relient entre eux des fragments d’habitats séparés par les infrastructures routières ou ferroviaires. Ils jouent donc le rôle de corridor et permettent de pérenniser des processus essentiels à la survie des espèces (dispersion, migration, accès aux ressources alimentaires, recherche de partenaire, brassage génétique, etc.).
    Certains de ces ouvrages aménagés prioritairement pour les grands ongulés assurent aujourd’hui des fonctions de corridors d’importance régionale ou supra-régionale. Ils répondent à une demande plus large de conservation de la biodiversité dans son ensemble (SETRA 2006).
    La question de la défragmentation des territoires et de la restauration des corridors biologiques fait partie désormais des politiques territoriales mises en place en France.

  • Municipalité et protection de la nature

    Agenda 21*, PADD*, Znieff*, Natura 2000* ou trame verte, les outils de politique environnementale sont déjà multiples pour les municipalités. Alors comment les fiches-actions présentées dans ce document s’intègrent-elles à ces démarches déjà existantes ?
    Il ne s’agit en aucun cas d’alourdir le travail municipal en ajoutant de nouveaux projets. L’objectif est au contraire d’alimenter et, donc de faciliter les démarches déjà existantes.
    Il s’agit de présenter quelques actions qui s’intègreront tout à fait et sont même largement conseillées dans le cadre d’un agenda 21 ou de la rédaction d’un PADD, par exemple.

  • Chantiers routiers  et préservation du milieu aquatique - Management environnemental et solutions techniques

    Le guide « Chantiers routiers et préservation du milieu aquatique » est destiné prioritairement aux prescripteurs puis aux constructeurs et aux services instructeurs.
    Il vise principalement à rassembler les éléments techniques permettant de prendre en compte les dispositions contenues dans la loi sur l’eau de janvier 1992, intégrées depuis 2001 dans le code de l’environnement (Livre II, Titre 1er), lors de la réalisation des chantiers routiers vis-à-vis notamment :
    • des pollutions des cours d’eau et des nappes souterraines ;
    • des modifications des écoulements superficiels ou souterrains ;
    • des variations du niveau des nappes souterraines.

  • Comment prendre en compte le fonctionnement des espaces ouverts?

    L’enjeu de ce carnet pratique est maintenant de passer du concept régional à une application concrète sur le terrain, et inversement. En effet, toute démarche locale de préservation/valorisation ou, au contraire, de consommation d’espace a des répercussions sur le fonctionnement de la métropole. Si, localement, on interrompt une continuité biologique (par une infrastructure par exemple), cela se répercute sur le système régional des continuités (les animaux doivent trouver d’autres itinéraires de déplacement et cela peut même avoir des conséquences sur la survie de certaines espèces). Autre exemple concret : si, localement, un abattoir est fermé ou
    l’accès à un silo condamné (par des aménagements inadaptés ou une forte augmentation du trafic routier), l’ensemble de la filière agricole peut se voir impactée.
    Chaque démarche locale est une pièce du fonctionnement métropolitain. Chaque prise en compte locale des espaces ouverts participe à la préservation/valorisation du système régional des espaces ouverts.

Information

  • Préservation des espaces naturels et agricoles dans les SCoT

    Dans le cadre du travail partenarial conduit par Etd, le CERTU, des CETE, la FNSCoT et la FNAU sur les conditions de réussite de la phase de suivi d’un SCoT et sur sa mise en œuvre, notamment dans les PLU, Etd a réalisé une nouvelle note sur la mise en œuvre des objectifs de protection des espaces agro-naturels des SCoT. Cette note analyse dans un premiers temps le contenu des différents documents des SCoT sur la thématique, puis présente les différentes postures méthodologiques et techniques des rédacteurs de PLU pour décliner les orientations du SCoT, et enfin étudie les autres politiques et dispositifs mobilisés pour «reprendre » les objectifs du SCoT en la matière.

  • Mettre en œuvre la Trame verte et bleue en milieu urbain

    La note réalisée par Etd s'inscrit dans le prolongement de ses travaux sur le thème de la nature en ville et du suivi du Plan national « Restaurer et valoriser la nature en ville » et de la nouvelle « Stratégie nationale pour la biodiversité ». A partir de l'analyse d'un panel de 10 territoires précurseurs et innovants dans la mise en oeuvre de Trames vertes et bleues (TVB) en milieu urbain, elle vise à fournir des retours d'expériences et des repères méthodologiques aux territoires, afin d'activer la dynamique Trame verte et bleue en milieu urbain. L'analyse révèle qu'en dépit des difficultés spécifiques liées au milieu urbain et de l'inscription récente (2010) du concept TVB dans le droit français, une vraie dynamique existe néanmoins avec des démarches qui intègrent progressivement les enjeux écologiques, économiques et sociaux de la TVB. Par ailleurs, pour répondre à la nécessité d'une approche transversale et multi-partenariale, et faire de la TVB un véritable outil d'aménagement du territoire urbain, l'étude propose des leviers et des outils à mobiliser : identification et organisation du jeu d'acteurs et des échelles, appui des démarches contractuelles et réglementaires, développement d'une ingénierie humaine et financière, action foncière, acculturation des décideurs et des citadins. Cette note compte 2 parties : une première partie, pose la problématique et les enjeux et fait la synthèse de l'observation. La seconde, conçue comme une boîte à outil technique, comprend 10 fiches-expériences, une par territoire étudié et zoome pour chacun, sur une ou plusieurs actions mises en oeuvre.

  • Intégrer la nature en ville dans le Plan local d’urbanisme - Observation, analyse, recommandations

    La note réalisée par Etd s'inscrit dans la mise en œuvre du Plan national "Restaurer et valoriser la nature en ville" et décrypte à partir de l'analyse d'un panel d'une dizaine de PLU et PLU intercommunaux innovants, la manière dont les collectivités peuvent se saisir du PLU comme un levier en faveur de la nature en ville.

    L'analyse montre que le PLU est un outil incontournable pour décliner une stratégie territoriale en faveur de la nature en ville, tant dans son processus d'élaboration, véritable opportunité de communication sur les enjeux, que dans l'usage ambitieux et volontariste de sa palette réglementaire. Déclinée au moyen des orientations d'aménagement, des articles du règlement et des sur-zonages graphiques, celle-ci contribue en effet à préserver et développer la nature en ville et à définir les composantes et le dessin d'une trame verte et bleue sur le territoire. De même, le PLU peut s'appuyer sur un panel de démarches stratégiques et opérationnelles, complémentaires pour décliner les orientations non règlementaires du PADD (gestion, sensibilisation, politique de jardins partagés etc.).

    Enfin, outre l'accent mis sur les pratiques innovantes, cette note propose aux collectivités, des pistes pour une meilleure prise en compte de la nature dans leurs politiques urbaines telles, l'optimisation de la mobilisation de la boîte à outils du PLU, son articulation avec d'autres outils, l'ouverture de l'ingénierie à de nouveaux acteurs et compétences.

Autres

Information

  • Actes du colloque «Trame verte, trame bleue : Les continuités de la vie»

    Ce colloque, qui s'est déroulé les 28 et 29 avril 2009, au Muséum National d'Histoire Naturelle, partenaire de l’évènement et en collaboration avec la Fédération des PNR et du MEEDDAT a été bien accueilli, tant par le public que par les intervenants.

  • Actes de la rencontre "Talus ferroviaires & biodiversité"

    Les talus ferroviaires qui nécessitent un entretien régulier font l’objet de nouveaux modes de gestion, plus écologiques, notamment grâce à l’apport du savoir-faire d’associations d’insertion.
    Comment cette gestion qui vise à la valorisation des talus en tant que corridors écologiques peut elle participer à la préservation de la biodiversité et à la mise en oeuvre de la trame verte et bleue en Île-de-France ?
    Ces opérations d’aménagement et d’entretien nécessitent un partenariat soutenu entre propriétaire, gestionnaire, collectivités et associations. Quels sont les implications et avantages d’un entretien écologique de ces talus pour les différents partenaires ? Quelles sont les meilleures pratiques de gestion écologique mises en oeuvre sur les continuités ferroviaires ?
    Depuis sa création en 1994, l’association Espaces s’est donnée pour mission d’expérimenter une gestion écologique des espaces naturels urbains et périurbains de l’ouest de Paris grâce à des techniques appropriées, en vue notamment d’améliorer les qualités paysagères et écologiques des sites. Cette gestion des espaces se fait dans le cadre de chantier d’insertion socioprofessionnelle.
    L’association mène en particulier depuis 2006, en partenariats avec RFF, la SNCF et le Conseil régional d’Île-de-France, un travail d’entretien et d’aménagement de tronçons de la Petite ceinture parisienne (14e, 15e et 17e arrondissements), ainsi que des talus et gares ferroviaires de la ligne L du transilien. Plus ponctuellement, dans le cadre de partenariat avec des collectivités, des talus ou abords de gares sont également gérés par l’association Espaces : Paris 16e, Courbevoie, Suresnes, les talus du tramway T2 à Meudon, etc.
    Pour toutes ces raisons, l’association Espaces a souhaité organiser, avec Natureparif et en partenariat avec le Conseil régional d’Île-de-France, RFF, la SNCF, Chantier École et la Ville de Courbevoie cette journée « Talus ferroviaires et biodiversité » afi n d’aborder les différents enjeux de la gestion des talus ferroviaires et de la préservation de la biodiversité et faire se rencontrer l’ensemble des acteurs concernés par cette question.

Expertise, Information

  • Diagnostic de la biodiversité en Île-de-France

    Le diagnostic est proposé par Natureparif. Il passe en revue l’état de santé et les enjeux qui caractérisent les différents types d’habitats existants dans notre région, et la biodiversité qui y est associée, pour le début de la deuxième décennie du XXeme siècle. Il a vocation à constituer le socle commun préalable à la révision de la Stratégie Régionale de la Biodiversité, prévue en 2013.

Subvention

  • Règlement d'attribution des aides régionales pour la biodiversité
    Le 26 septembre 2013, le Conseil Régional a adopté sa nouvelle stratégie pour la biodiversité en Île-de- France. Cette nouvelle stratégie oriente les interventions de la Région en faveur des priorités qui découlent de la convergence des engagements nationaux en faveur de la biodiversité, des politiques européennes, du schéma régional de cohérence écologique approuvé par le conseil régional le 26/09/13 et arrêté par le préfet le 21/10/13, ainsi que de la spécificité des territoires de la région Île-de-France. Elle vise notamment à assurer une gouvernance, un suivi et à se doter de moyens de mise en oeuvre à travers les différentes politiques régionales.
    Cette stratégie vise à encourager les acteurs franciliens dans la mise en oeuvre de leurs projets en faveur de la biodiversité et à poursuivre des objectifs ambitieux. A ce titre, elle conditionne l’attribution des aides à l’adhésion à la Charte régionale de la biodiversité animée par Natureparif.

Rolex répliques de montres suisses de luxe air max france boutique en ligne